Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés Accueil
                   
 
Dernières informations  
 

  Maisons de retraite - ERP de type J

 Maing : grosse frayeur à la maison de retraite Jeanne-de-Valois.

Un court-circuit provoque l'évacuation des résidants.

Plus de peur que de mal pour les résidants de la maison de retraite maingeoise. L'alerte a permis au personnel de « tester » grandeur nature un système d'évacuation parfaitement rôdé.

Ils auraient pu prendre ça pour une simple partie de plaisir, un de ces innombrables exercices d'alerte destinés à préparer au mieux une évacuation rapide des locaux. Pourtant, dimanche, vers 17 heures, les employés de la maison de retraite Jeanne-de-Valois à Maing n'en menaient pas large devant l'épais nuage de fumée qui envahissait les couloirs de l'établissement privé.

Sans panique et avec sang-froid, les employés ont évacué un à un les pensionnaires âgés de 52 à 102 ans avant l'arrivée des secours. Fauteuils de salon sortis sur le parking, les résidants, certains très handicapés voire grabataires, ont été amenés hors de l'établissement où les pompiers d'Anzin, rapidement arrivés sur les lieux, ont maîtrisé sans gros souci le début d'incendie provenant d'un court-circuit dans une armoire électrique.

Présent sur les lieux, Philippe Baudrin, maire de la commune, a dû jouer du portable avec les différentes autorités pour les rassurer quant à l'évolution de la situation (aucun blessé et aucune personne intoxiquée), ensuite parce que des dégâts ont quand même été constatés au sein même de l'établissement.

En chambre double pendant une semaine.

En fin de semaine, le gros coup de chaud était passé mais il fallait à présent gérer le relogement des pensionnaires.

Sept chambres ont été fortement endommagées. L'épais nuage de fumée a déposé une légère pellicule de suie sur les murs. Par ailleurs, une trentaine d'autres chambres était privée d'électricité.

La directrice a alors pris la décision de « reloger » les pensionnaires dans la salle de gymnastique après un aménagement sommaire de l'endroit.

Pour les occupants des chambres fortement abîmées, la solution ne pouvait être temporaire. Il a fallu recontacter les familles. Cinq d'entre eux ont pu être hébergés par ce biais-là. Les autres ont rejoint les « sinistrés » de la salle de gym.

Dans la nuit de dimanche à lundi, l'électricité a pu être rétablie ce quia permis à quelques résidants de retrouver leur chambre.

Huit pensionnaires devront patienter une petite semaine avant de retrouver leur intimité. Ils seront logés en chambre double le temps des travaux. Des lits supplémentaires ont été rajoutés dans certaines chambres particulières.

La cuisine a vite repris son fonctionnement permettant à tous de recevoir un repas chaud dès le dimanche soir.

Dernier petit souci, la panne concernant l'ascenseur ce qui a obligé le personnel à aménager des petits salons aux deux étages de la maison de retraite.

Finalement, les exercices de sécurité ont trouvé une application utile lors de cet incident. Toutes les consignes ont été respectées à la lettre ce qui a permis d'éviter toute panique au sein des pensionnaires, certains trouvant même cela très drôle, comme au sein de l'équipe encadrant. D'ailleurs, le personnel en congés a été rappelé pour venir donner un coup de main. Ce retour, pour une garde renforcée, s'est fait sans aucun souci et sans problème.

Frédéric HOURIEZ

L'Observateur du Valenciennois - édition du 10 septembre 2004



 
 
  Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés