Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés Accueil
                   
 
Dernières informations  
 

  Hotels et Pensions de famille - ERP de type O

 Saintes : un mort dans l'incendie du bar-hôtel le Tégévé.

On ne peut que supposer ce qui s'est passé dans la chambre du bar-hôtel le Tégévé, situé 45 avenue de la Marne à Saintes, dans la nuit de vendredi à samedi.

En effet, cet établissement géré par Roland Roudeix depuis 1994, a entièrement brûlé ce soir-là et Pascal Mathou, un Saintais de 29 ans, a hélas trouvé la mort dans cette chambre qu'il occupait au premier étage et de laquelle le feu pourrait être parti.

Ce jeune homme, célibataire, sans enfant, ni profession, semblait partager son temps entre Saintes et Bordeaux, deux villes où il logeait régulièrement dans le même hôtel. Il était revenu dans sa ville natale depuis quelques jours.

Vendredi soir, lorsqu'il est remonté dans sa chambre après avoir bu quelques verres, il est probable qu'il se soit couché. Hélas, il se serait endormi en oubliant d'éteindre la cigarette qu'il fumait. Celle-là aurait mis le feu au matelas sur lequel Pascal Mathou dormait.

Incendie violent.

La combustion a été lente et la victime est certainement décédée d'asphyxie. En tout cas, ce n'est que vers 0 h 20 que le propriétaire qui s'apprêtait à fermer son bar, a remarqué quelques fumées arrivant jusqu'au rez-de-chaussée. Aussitôt, il est monté à l'étage et s'est rendu compte de la catastrophe.

Roland Roudeix a eu le réflexe immédiat de faire évacuer une dame qui occupait une autre chambre avec ses deux enfants tandis que les trois autres que compte l'établissement étaient vides.

Par chance, la maman et les deux petits étaient sains et saufs, de même que les quelques personnes qui se trouvaient encore au rez-de-chaussée.

Si la combustion a été lente au début, la brusque arrivée d'oxygène provoquée par l'ouverture des portes des chambres a attisé le feu qui couvait, provoquant par là même un incendie violent. Et le Tégévé a été totalement détruit : les plafonds et les planchers se sont effondrés, de même que la toiture.

Les pompiers ont eu beau arriver rapidement et circonscrire le feu à 1 h 30, l'incendie couvait depuis trop longtemps.

Le commissariat de police a ouvert une enquête en référant les faits au parquet.
Mais a priori, il s'agirait tout simplement d'un incendie d'origine accidentelle, au cours duquel un homme a hélas trouvé la mort.

Kharinne Charov.

Sud Ouest – édition du 19 juillet 2004



 
 
  Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés