Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés Accueil
                   
 
Dernières informations  
 

  Etablissements de soins - ERP de type U

 Incendie aux archives de l'hôpital de Chalon.

21 000 dossiers médicaux sur 90 000 ont été détruits dans l'incendie.

Un quart des dossiers a été brûlé dans l'incendie qui a ravagé les archives de l'hôpital chalonnais samedi. L'hôpital met tout en oeuvre pour rouvrir la maternité cet après-midi.

Trois années d'archives médicales de patients correspondant aux années 2001, 2002 et 2003 ont été détruites samedi soir dans l'incendie qui a ravagé une partie du local technique des « archives vivantes » de l'hôpital de Chalon.

Vingt et un mille dossiers médicaux uniques sur quatre-vingt dix mille enregistrés au total ont disparu dans les flammes. « Dès qu'un patient revient, on reprend son dossier médical contenant des informations essentielles, comptes-rendus de médecins, ordonnances, examens, ces dossiers sont la seule trace, ce n'est pas informatisé, il faudrait un énorme travail pour le faire » explique, entre deux réceptions de passages de la commission de sécurité et des contrôles techniques. Yvan Maniglier, secrétaire général du centre hospitalier. « Les dossiers les plus anciens étaient stockés ailleurs. En revanche, pour les trois dernières années, les patients devront refaire leurs examens, ce n'est pas dramatique mais gênant. » ajoute, un brin dépité, le directeur, M. Bravais.

Devant le local du troisième étage de deux cents mètres carrés qui surplombe la maternité, les stigmates du sinistre sont encore visibles avec les odeurs de papiers calcinés, des murs recouverts de suie et une horloge encore bloquée sur l'heure du feu 23 h 30. Les dossiers en bon état malgré des pages collées, sauvés par les pompiers, ont été mis au propre et empilés dans les couloirs. Le service des archives créé le 1er janvier 1987 et composé de trois personnes s'employait dès hier à reprendre chaque document individuellement pour le mettre à l'abri... dans les ordinateurs.

Un travail de titan pour une informatisation non prévue où chaque nom de patient avec son numéro est appelé à voix haute. « Il y a eu un suivi pendant dix-huit ans, nous avions deux demandes par jour pour l'accès aux dossiers, les gens pouvaient venir les consulter sur place ou on leur envoyait des photocopies. L'année 2004 n'a pas été touchée, je l'avais mise au fond du local car il n'y avait plus de place devant » soupire E. Prudent, chef du service archives.

« Tout n'a pas été extrait car une partie est inaccessible, il faudra tout sortir et remettre le local en état, renchérit Yvan Maniglier. On trouvera un autre local intermédiaire en attendant, nous avons une grosse opération de logistique désormais, un se fera sans doute aider ».

La loi permet au patient depuis avril 2002 d'avoir accès à son dossier médical sans passer par l'intermédiaire d'un médecin comme c'était le cas auparavant.

Le dossier médical contient beaucoup d'informations, depuis la lettre du médecin à l'origine de l'admission du patient, à la nature des soins dispensés, en passant par l'évaluation ou le détail des examens. L'hôpital chalonnais assurait hier soir qu'il s'employait à mettre tout en oeuvre pour rouvrir les portes de la maternité aux patientes dès cet après-midi.

Les consultations sont en revanche maintenues. Côté enquête, aucune conclusion n'a encore été établie de la part de l'expert et les policiers chalonnais, dans l'expectative, s'attachent à préciser la chronologie des faits. Aucune hypothèse pour connaître l'origine du sinistre n'est écartée.

Emmanuelle Bouland.

Le Journal de Saône et Loire – édition du 21 septembre 2004



 
 
  Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés