Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés Accueil
                   
 
Dernières informations  
 

  Hotels et Pensions de famille - ERP de type O

 LES DEUX-ALPES / VENOSC - Incendie au "Génépi".

Le feu a pris dans une poubelle de l'hôtel. Les sept salariés et neuf habitants d'un bâtiment voisin ont été évacués. Le toit et une chambre ont été endommagés.

Le feu a pris, hier un peu avant six heures du matin, à l'intérieur de l'hôtel "Le Génépi" aux Deux-Alpes, sur la station, au coeur du vieil Alpe de Venosc, à deux pas de la mairie. C'est Mme Tisserand, qui prépare les petits déjeuners au chalet Mounier, qui a soudain aperçu de la fumée s'échapper du toit de l'hôtel. Sans attendre, elle a téléphoné à un gendarme habitant le quartier et aux sapeurs-pompiers qui ont mobilisé d'importants moyens pour lutter contre le sinistre parti d'une poubelle.

Les soldats du feu des Deux-Alpes ont été renforcés par leurs collègues de Bourg-d'Oisans et de Vizille. Une dizaine de véhicules en tout, dont la grande échelle de Vizille et un véhicule d'assistance respiratoire, ont convergé vers Venosc. La quarantaine de soldats du feu, déployée autour de l'hôtel, a relativement rapidement maîtrisé l'incendie et a pu protéger les maisons voisines, des chalets en particulier. Une ancienne menuiserie jouxtant l'établissement n'a toutefois pas pu, être préservée. Les secours ont utilisé une caméra thermique pour localiser les flammes qui couvaient sous le bardage métallique.

Par mesure de sécurité, les sept employés du "Génépi" et neuf personnes habitant à proximité ont été évacués. Il n'y a pas eu de blessé. L'hôtel a subi d'importants dégâts notamment au niveau de la toiture et d'une chambre. L'eau et la suie ont fait d'autres dégâts. Ils devront être estimés. L'enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de recherches de la compagnie de La Mure et leurs collègues techniciens de l'identification criminelle devaient procéder à une série de relevés de traces et d'indices. Les causes de ce sinistre ne sont pas encore déterminées avec précision. Selon les toutes premières constatations le feu est parti d'une poubelle de l'hôtel ce qui pourrait faire penser à un accident. Mais, pratiquement en même temps, un banc public situé à une centaine de mètres du "Génépi" a également brûlé. Dès lors, la thèse d'une main malveillante ayant aussi allumé le feu dans la poubelle de l'hôtel n'est pas écartée. Elle semble même retenir toute l'attention des gendarmes. Dès hier, ces derniers ont recueilli plusieurs témoignages afin de savoir si quelqu'un se trouvait dans le secteur à l'heure du sinistre. Les prélèvements devraient également apporter des éléments de réponse qui permettront de confirmer ou d'infirmer la thèse du geste volontaire.

Stéphane BLÉZY avec Marie DAVAL.

Le Dauphiné Libéré – édition du 30 octobre 2004



 
 
  Le Registre de sécurité Dernières informations Vous abonner Accès abonnés